Opération stratégique incontournable de l’activité des ports maritimes, la manutention portuaire est au cœur de toutes les réflexions. Quels sont les types de logistique portuaire ? Quels sont ses risques et ses enjeux et quelles sortes de solutions peuvent-elles être apportées ?

Les opérations de manutention portuaire

Dans la chaîne logistique maritime internationale, les ports occupent une place primordiale concernant l’exécution des opérations portuaires ou stevedoring. Ces opérations de manutention portuaire englobent les opérations de transbordement de conteneurs et les opérations de chargement et de déchargement des marchandises en vrac à bord du navire ou à quai.

Les professionnels de la manutention portuaire sont nommés les dockers (ou débardeurs, grutiers, ouvriers de maintenance). Ils effectuent ces manœuvres par l’intermédiaire de matériels ou moyens de manutention mécanique tels que :

  • des grues ;
  • des portiques ;
  • des engins de levage ;
  • des chariots élévateurs automoteurs.

Lorsque le déchargement des marchandises est effectif, celles-ci sont stockées ou acheminées directement vers le quai d’expédition.

Transbordement des conteneurs

Le transbordement de conteneurs, appelé également transhipment, consiste à faire transiter les marchandises du quai de réception vers le quai d’expédition, sans entreposage ou stockage ponctuel.

Afin de faciliter le transbordement par les dockers, les conteneurs sont équipés de dispositifs et sujets à des types de chargement et déchargement :

  1. Les pièces de coin : normalisées ISO et adaptées aux équipements de levage, elles favorisent la préhension des conteneurs.
  2. L’empotage et le dépotage des conteneurs : l’empotage caractérise le chargement du conteneur associé à un plan de chargement fonctionnel tenant compte de la nature des marchandises, du conteneur et d’autres contraintes. Le dépotage est synonyme de déchargement du conteneur de la cargaison.

Le transbordement peut avoir lieu entre deux navires, depuis un navire vers un train ou un engin routier. Le plus souvent, les opérations de transbordement de conteneurs se déroulent dans des zones franches douanières (pour la limitation des contrôles et d’éventuels retards de livraison).

Chargement/déchargement de vrac

Le chargement et le déchargement des marchandises en vrac sur les vraquiers s’opèrent de deux façons :

  1. La manutention verticale : à l’aide de trémie, grand entonnoir, le vrac solide est stocké puis versé dans la cale du navire. Pour le déchargement du vrac, on utilise des trémies sans vis.
  2. La manutention horizontale : les dockers présents sur le quai ou à bord du navire, se chargent de déplacer les conteneurs. Ce type de manutention portuaire est également appelée Ro-Ro.

Risques et enjeux de la logistique portuaire

Risques humains, impact environnemental, enjeux logistiques, la manutention portuaire constitue une stratégie indispensable à l’économie maritime mondiale.

Les risques associés à la logistique portuaire

Des risques divers et variés menacent quotidiennement l’intégrité du personnel portuaire durant les opérations de logistique.

Les risques physiques

Ces types de risques humains se répartissent en plusieurs catégories :

  • les chutes en hauteur (de conteneurs), les glissades, les trébuchements, les chutes du quai dans les eaux du port ;
  • les nuisances sonores, les vibrations, les mauvaises postures, les collisions.

Les risques thermiques

  • l’exposition aux UV (cancers de la peau, coups de soleil) ;
  • les intempéries ;
  • le froid (engelures, diminution de la dextérité, vigilance mentale défectueuse) ;
  • la chaleur (déshydratation, insolation, coup de chaleur, fatigue, diminution de la vigilance) ;
  • l’humidité.

Les risques chimiques

  • la toxicité de l’air (produits de fumigation, fongicides pour le bois, pesticides pour les denrées alimentaires comme le soja) ;
  • l’intérieur des conteneurs (vapeurs de produits désinfectants, vapeurs de fumigation nocives) ;
  • l’exposition aux poussières ( vrac ciment, charbon, minerai, engrais).
Affrètement maritime cargo

Les enjeux de la manutention portuaire

La concurrence entre les ports force à être toujours plus compétitif en matière de logistique. C’est pourquoi les enjeux de la manutention portuaire sont considérables et demandent des infrastructures toujours plus performantes et sécurisées. Ces enjeux se caractérisent par :

  • la réduction constante des dangers et la lutte contre la sinistralité (quantité de sinistres enregistrés par les compagnies d’assurances) ;
  • l’augmentation de la vitesse des opérations de manutention portuaire ;
  • un entretien régulier des engins ;
  • la formation aux techniques d’arrimage et aux bonnes pratiques pour le port de charges lourdes ;
  • des procédures de contrôle et de vérification pour déceler des détériorations des accessoires et des engins ;
  • le respect des charges maximales ;
  • le port d’EPI pour la sécurité du personnel de logistique portuaire ;
  • une formation poussée du personnel sur l’utilisation d’infrastructures de manutention portuaire de plus en plus sophistiquées.

Solutions pour se prémunir face aux aléas

La digitalisation des ports et l’avènement de technologies innovantes représentent des solutions efficaces et protectrices :

  • La naissance des ports verts : utilisation de l’énergie électrique pour les navires à quai, le recueil des déchets, la récupération et le traitement des huiles usagées.
  • L’adaptation et le développement des ports en lien avec l’évolution du trafic maritime : la progression de leur compétitivité, l’exploitation intelligente de la data, le fonctionnement des ports alimenté par le Big Data et l’Internet of Things (IoT), le développement d’outils de gestion intelligente des données par les smart ports.
  • La fluidité de la chaîne logistique : des solutions du type M2M (machine to machine) permettent la fluidification du chargement et du déchargement des marchandises.
  • La sécurité portuaire, assurée par les nouvelles technologies dont le Big Data et l’IoT.